Pour un dressing responsable

La préservation de la planète fait partie de mes préoccupations et j’essaie d’agir au quotidien en adoptant des nouvelles habitudes éco-friendly (présentées ici). Je me suis penchée cette fois-ci sur l’industrie de la mode, la fabrication des vêtements et des tissus.

L’industrie textile cause malheureusement des dégâts sur l’environnement et les hommes. Alors comment s’habiller de manière responsable?

 

La Slow Couture contre la Fast Fashion

Coudre est en soi une activité responsable où on prend le temps de créer nos vêtements. A condition de ne pas accumuler 3 chemises et 2 robes en une semaine, hein. C’est bien l’opposé de la mode éphémère, appelée Fast Fashion, qui multiplie les nouveautés chaque semaine en magasin.

L’industrie textile, 2e industrie la plus polluante après l’industrie du pétrole

 

Des conséquences pour l’environnement, les ouvriers et la santé

L’industrie du textile emploie 75 millions de personnes dans le monde. Cette industrie polluante a un effet sur l’environnement mais entraîne aussi des conditions de travail dangereuses, des maladies graves à cause de l’eau et des sols pollués, le travail des enfants et des salaires de misère.

Quand un t-shirt est vendu 4,90€, il y a forcément une étape qui n’est pas respectueuse de l’environnement ou des droits de l’homme.

Deux films documentaires pour en savoir + : 

le film documentaire THE TRUE COST (complet sur Netflix, bande-annonce sur Youtube, sorti en 2015)

“Fast fashion : les dessous de la mode à bas prix” (sur ARTE ou Youtube, sorti en 2021).

Que pouvons-nous faire?

1/ ACHETER MOINS DE VETEMENTS.

C’est la toute première résolution que l’on peut prendre et elle est à portée de tous. Bien sûr, ça demande de ne pas craquer sous la pression de la mode et des soldes.

Des enseignes, telle Patagonia, misent sur des vêtements durables de haute qualité. “Moins mais mieux”, c’est aussi le projet de Loom dont les articles sont conçus pour durer.téléchargement

2/ ACHETER DES ARTICLES D’OCCASION.

Les vide-dressing ne manquent pas. Il y a même des sites Internet et des applis de vide-dressing comme Vinted pour vendre et acheter sans sortir de son canapé!

Little Panda est, par exemple, un vide-dressing de vêtements pour enfants. On y trouve des vêtements d’occasion de belle qualité pour leur offrir une 2e vie et, ainsi, allonger leur durée de vie.

littlepanda

3/ RECYCLER LE TEXTILE.

Trions nos vêtements et offrons-leur une 2e vie! On peut ramener en boutique les vêtements usagés lorsque l’enseigne propose le recyclage des vêtements (souvent en échange d’un bon d’achat).

Mais encore faut-il que les vêtements donnés soient en bon état et de bonne qualité !

Des boutiques de vêtements fabriqués à partir de textile recyclé voient le jour comme Hoopal et Gentle Factory ou bien Amaboomi qui recycle des bouteilles en plastique pour fabriquer du fil et des vêtements.

gentlefactory

Mais quelles matières coudre?

LE CAS DU COTON

coton-culture

L’industrie du vêtement est très polluante et particulièrement celle du coton. Pollution des sols, pollution de l’eau, risques pour la santé de l’homme.

La culture du coton demande beaucoup d’eau, de pesticides et d’engrais chimiques. Pour transformer la fleur de coton en fil puis en tissu, on utilise des produits à base de chlore, notamment l’eau de Javel.

Les teintures chimiques sont aussi une menace pour la santé à cause de l’utilisation de métaux lourds tels que le chrome ou le plomb.

tshirteau

25000 L d’eau pour un T-shirt en coton, soient 300 packs de 6 bouteilles d’eau
LE COTON BIO

La culture du coton bio a l’avantage de maintenir les sols sains et productifs grâce à l’utilisation d’engrais naturel. La santé de l’agriculteur est ainsi préservée de toute intoxication. Malheureusement, seule la culture de la plante est bio, reste à savoir si le processus de fabrication exclut lui aussi les produits chimiques.

La plupart des boutiques de vêtements ont désormais un rayon “bio”.

Des merceries se sont spécialisées dans les tissus bio comme Fil Etik, Cousu Bio et Les Trouvailles d’Amandine. Et, dans la plupart des merceries classiques, on trouve aussi une partie “Tissus Bio” ou des tissus portant le label “Oeko-Tex” garantissant un respect des hommes et de l’environnement.

filetik

 VISCOSE, MODAL, LYOCELL, FAUX AMIS ?

Les fibres artificielles, telles que la viscose, le modal ou le lyocell, sont produites à partir de ressources naturelles, la cellulose de bois. Mais elles sont transformées par des procédés chimiques qui emploient des substances toxiques, notamment le disulfure de carbone (CS2) et beaucoup d’eau.

La fabrication de la viscose, principalement en Inde, en Chine et en Indonésie, expose alors les ouvriers à des gaz nocifs. Et les eaux polluées des usines sont déversées sans être traitées et contaminent la population des villages alentours qui risque de graves pathologies.

20 % de la pollution des eaux est lié à l’industrie textile

Quelques bons points du côté du Tencel et le Lyocell : ces fibres sont issues de forêts gérées durablement et les solvants utilisés ne sont pas toxiques.

Le Tencel est devenu le chouchou des marques éthiques car il nécessite bien moins d’eau que le coton mais possède quelques unes de ces qualités. En effet, le Tencel est absorbant, respirant et doux.

POLYESTER, POLYAMIDE, ELASTHANNE, ACRYLIQUE

Les fibres synthétiques telle que le polyester ou l’acrylique, sont issues de l’industrie du pétrole, ressource non renouvelable, et sont fabriqués à l’aide de produits chimiques qui peuvent être irritants.

En revanche, les fibres synthétiques se recyclent très bien. Chez Patagonia, véritable précurseur dans le textile durable, on utilise du polyester recyclé pour créer les nouvelles collections.

LES FIBRES D’ORIGINE ANIMALE

Je rejette en bloc la soie et la (vraie) fourrure. En revanche, je n’ai pas encore franchi le cap de me passer de chaussures en cuir (plus confortables que le simili). Quant à la laine, je n’en porte pas parce que ça me grattouille, rien à voir avec l’éthique.

***

J’y vois désormais plus clair pour choisir des tissus respectueux de l’environnement. Pour une slow couture, chaque modèle répond à un manque dans mon dressing, un réel besoin.

Cliquer sur l’image pour visionner la vidéo – Vanessa Paradis – Made in Asia spectacle “Le Soldat Rose”

x240-ejJ

***

Pour en savoir + :

The True Cost, film documentaire disponible sur Netflix (2015)

Fast fashion : les dessous de la mode à bas prix, sur ARTE (2021)

La viscose et ses cousin(e)s : Tencel, Cupro, Modal, Proviscose, Louise Magazine (2018)

Mode et développement durable 2017 : les conclusions des derniers rapports publiés, Mode in Textile by IFTH

Coton, Consoglobe, Encyclo écolo, l’encyclopédie du développement durable

Production mondiale de coton, Consoglobe, Planetoscope

La filière textile s’organise pour donner une seconde vie aux vêtements, Les Echos (2017)

Textiles écologiques, guide des matières, blog “Planet addict

Liste de marques de mode éthique pour un dressing responsable, blog “La Ptite Noisette

Slow couture : 6 raisons de choisir un tissu bio, Marie Claire idées

Sur le même thème

0 Comments

  1. Grâce à vous je viens de découvrir La Gentle Factory sur votre site. Ça serait sympa un article sur cette marque pour la connaitre un peu plus 🙂

    Merci et au plaisir de vous lire à nouveau

    1. Merci pour votre gentil message! C’est une bonne idée, je vais regarder de plus près pour obtenir plus d’infos à partager 🙂

Laisser un commentaire