Jour du dépassement, fontes des glaces, canicules, multiplication des catastrophes naturelles… Le réchauffement climatique, c’est maintenant ! Face à ces faits, on peut ressentir un sentiment d’urgence, la peur de l’avenir, de l’anxiété, de la colère face à l’inaction des politiques en matière d’écologie et une grande tristesse. Comment vivre heureux malgré tout?

Sujette au stress et proche de la nature, je suis la cliente idéale pour souffrir d’éco-anxiété, mais je veille à ne pas sombrer et je vais vous expliquer comment.

Responsables mais pas coupables

Nous ne sommes pas coupables des actions des générations passées, alors ne portons pas l’avenir de la planète sur notre dos ! Mais, pour sortir de notre désarroi et de notre sentiment d’impuissance, passons à l’action ! Je ne peux pas changer le monde mais je suis responsable de mes actions quotidiennes.

Je fais le choix d’incarner mes valeurs, du mieux que je peux, avec des actions engagées. Et, miracle, quand nous agissons en accord avec nos valeurs, nous ressentons de la satisfaction et ça a le goût du bonheur. J’agis pour moi, pour me sentir bien dans mes baskets. J’avance petit à petit et chaque pas est une victoire.

Apprécier les petites victoires

*Se féliciter soi-même
  • Lorsque je pars en escapade, j’ai une toute petite trousse de toilette et je m’en réjouis à chaque fois. Grâce aux cosmétiques solides (savon, shampoing, soin hydratant, dentifrice), je gagne de la place dans ma valise et aucun flacon n’est jeté pendant le séjour. Pour plus d’infos sur mes cosmétiques solides, lisez mon article Vers une salle de bain zéro déchet.
  • Je vais enfin faire moi-même du savon liquide pour les mains. On trouve plein plein de recettes sur Internet. Les ingrédients : savon de Marseille, huile d’olive, miel et de l’eau.
  • Depuis quelques années, je couds mes vêtements et c’est un très grand plaisir, une véritable passion ! Je n’achète presque plus de vêtements et je couds le nécessaire.
  • Je suis contente quand j’achète d’occasion et lorsque je donne les objets dont je n’ai plus besoin sur Vinted, le bon coin, Geev… Les objets sont réutilisés au lieu d’encombrer les placards (ou les déchetteries) et on fait des économies.
  • J’use mes chaussures jusqu’au bout. J’en prends soin et je les répare chez le cordonnier (c’est le monsieur qui fait aussi les clés!). Chaque réparation est une petite victoire et allonge la durée de vie de mes chaussures !
  • Ça y est, je ne mange plus de viande et j’ai réduit ma consommation de poissons et crustacés. Si changer son alimentation est déroutant, c’est surtout parce qu’on sort de nos habitudes et qu’on peut aussi manquer d’inspiration. Pour découvrir des nouveaux plats et varier mes menus, j’explore les restos et traîteurs végétariens de la métropole lilloise (rendez-vous sur le blog Veggie Lille de Marion). Ceux-ci se multiplient pour le bonheur de mes papilles ! On peut aussi puiser l’inspiration dans la cuisine du monde en Inde, au Liban ou en Italie, des pays où le végétarisme est courant.

Célébrons les petites victoires ! Elles nous apportent de la joie et nous permettent de garder notre motivation. En agissant en harmonie avec ses convictions, on éprouve une belle satisfaction et on peut admirer la beauté de la nature en toute quiétude.

Haute-Savoie 2014
*Notre entourage

En tout premier lieu, il faut accepter que des personnes soient hermétiques à l’écologie. Je n’essaie même pas de convaincre parce que je n’aime pas les rapports de force. En me cotoyant, mon entourage voit des exemples d’actions engagées. Et si ça les inspire, c’est tant mieux. J’ai moi-même été inspirée en voyant, en lisant ou en écoutant des proches agir dans le respect de l’environnement.

Et l’avenir des enfants? Les parents peuvent transmettre les valeurs du respect de la nature à leurs enfants et participer ainsi à faire évoluer la société.

* La société

Les médias ne nous apportent pas que des mauvaises nouvelles, ils nous montrent aussi des personnes engagées et inspirantes ! On peut, par exemple, écouter Nicolas Hulot et Yann Arthus-Bertrand en France. Ailleurs dans le monde, des personnalités s’engagent aussi telles Leonardo Di Caprio, Le Prince Charles, Bono, George Clooney et Paul McCartney, pour ne citer qu’eux.

Sur Internet, on retrouve toute une communauté de youtubers et blogueurs engagés dans une démarche écolo :

  • Des chaînes youtube comme Et tout le monde s’en fout d’Axel Lattuada doté d’un humour sarcastique, Changer le monde en 2 heures de Pierre Chevelle.
  • Côté blogosphère, Ophélie du blog Antigone XXI et Anaelle de La Révolution des tortues.
  • Une soixantaine de youtubers influents, comme Norman, Enjoy Phoenix et Natoo, ont lancé le mouvement “On est prêt” pour sensibiliser le jeune public aux questions climatiques. Chaque jour, un youtuber propose un défi à relever ou un geste simple en faveur de l’environnement.

Mélanie Laurent et Cyril Dion ont défendu à travers le monde leur film Demain (sorti au cinéma en 2015) qui décrit des initiatives concrètes et positives aux quatre coins de la planète. Ce film donne de l’espoir et motive !

Récemment, sous l’impulsion de la jeune suédoise Greta Thunberg, la jeunesse s’est mobilisée pour le climat dans le monde entier ! Leur mouvement s’appelle Youth for climate et leur revendication : une action plus rapide des politiques pour le climat.

JACQUES DEMARTHON / AFP 2018

Réjouissons-nous de ces mouvements collectifs. Nous sommes nombreux !

*

En savoir plus :

Changer le monde en deux heures (chaîne youtube de Pierre Chevelle)

La révolution des tortues (écologie pratique, blog d’Anaelle)

Antigone XXI (blog d’Ophélie, végane)

Positivr (découvrir des initiatives positives et des innovations inspirantes)

Burn out du colibri (sur le blog Les Mouvements Zéro)

Et tout le monde s’en fout (web série sur youtube bourrée d’humour)

Partager