Je porte beaucoup de chemises pendant la mi-saison. Dans mon dressing, j’ai pour l’instant quelques chemises classiques et d’autres très mignonnnes comme ma chemise Johanna en chambray avec un petit volant sur le devant et ma Suzon en vichy avec son large volant. Cette fois-ci j’ai eu envie d’une chemise à froufrous au style un peu baroque.

Le patron

J’ai choisi la chemise Azur de l’Atelier Scämmit. J’aime la coupe ample de la chemise Azur, sans pinces poitrine, parfaite pour un tissu fluide, et j’ai craqué sur les poignets et le col à froufrous.

Azur est proposée avec de multiples options : deux cols, deux finitions de poignets, forme droite ou forme liquette, version chemise ou version robe…

C’est le 3e modèle de l’Atelier Scämmit que je couds après la blouse Idylle ici et ici, le top Tokyo ici et ici, et le débardeur Alizé. La réalisation se passe toujours sans embûches parce que le livret d’explications est clair et illustré de photos en couleurs.

On voit plus souvent sur les réseaux sociaux la chemise Liseron, très ressemblante à Azur, et qui a plus de succès. Si j’ai choisi Azur, c’est pour plusieurs raisons :

  • Pour finir les poignets, je trouve la fente indéchirable plus jolie que la patte capucin.
  • J’aime bien les fronces sur le devant au niveau des épaules et au dos.
  • Azur offre la possibilité de coudre des froufrous aux poignets.
  • Azur permet de coudre un col montant à froufrous appelé col victorien.

Pour ma chemise Azur, j’ai donc choisi : le col et les poignets à froufrous et la forme liquette.

L’assemblage

J’ai coupé mes pièces dans un twill de viscose rouille shopé chez Rascol. C’est un tissu de la marque Mind the maker qui propose de magnifiques motifs et une belle qualité.

J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de pièces et j’ai eu peur d’oublier d’en couper certaines. J’ai rapidement compris qu’il y aurait beaucoup d’étapes pour l’assemblage.

Pour nous aider à coudre Azur, la créatrice de l’Atelier Scämmit a mis en ligne un tuto en vidéo sur Youtube qui m’a bien aidée. Heureusement que le tuto était là pour mieux comprendre les étapes. Le chronométrage est indiqué pour aller directement à l’étape qui nous intéresse.

A plusieurs moments, il faut former des fronces à l’aide de deux fils de fronces : pour les devants, le dos et les froufrous. C’est un bon projet pour s’entraîner à coudre des fronces !

Le col à froufrous

Une fois le froufrou fixé sur le col, on monte le col sur la chemise d’une façon tout à fait classique. Bien que j’ai déjà cousu plusieurs chemises, mes finitions de col laissent toujours à désirer… Pour que les défauts soient à l’intérieur de la chemise, j’assemble d’abord le col endroit contre endroit.

Des coutures anglaises

Les côtés de la chemise et les manches sont fermées par des coutures anglaises. La technique est expliquée dans le livret. C’est une finition top pour les tissus qui s’effilochent !

Les poignets à froufrous

J’ai simplifié un peu l’assemblage en supprimant la patte de manche qui permet de porter la chemise manches trois quarts. Comme j’ai choisi des poignets froufrous, ça aurait été dommage que je retrousse mes manches.

Pour la chemise Azur, il faut coudre des fentes indéchirables. C’est une étape qui me stresse toujours un peu parce qu’il faut être minutieuse et par conséquent, c’est une looongue étape pour moi. Bien que la technique soit expliquée par la créatrice, je me suis reportée au tuto en vidéo de Mouna Sew qui m’avait servi auparavant pour un autre projet. Ce n’est peut-être pas la méthode académique mais j’arrive à la reproduire.

J’ai supprimé également le “décoché” des poignets. Comme aucune chemise dans mon dressing n’a de “décoché”, j’ai préféré simplifier mes pièces. Je pense que vous avez compris que j’aime aller à l’essentiel, oups. Pour cela, j’ai réduit la pièce “poignet froufrou” de 1,5 cm et j’ai cousu mon poignet comme un poignet classique.

Les boutonnières

J’ai utilisé mon pied spécial boutonnières et ça s’est bien passé. C’est au moment d’ouvrir la boutonnière que ça s’est corsé…

Il y a par endroit un fil de ma viscose qui est tiré et laisse une trace blanche. Presque toutes mes boutonnières ont ce défaut.

J’aurais dû mettre de la colle anti-effilochage AVANT d’ouvrir mes boutonnières au découd-vite. J’ai choisi des boutons de la marque Atelier Brunette ton sur ton. J’ai facilement trouvé mon bonheur parce que la marque décline ses boutons dans plusieurs teintes et plusieurs tailles.

Mes modifications

  • J’ai diminué la longueur de 4 cm après essayage.
  • J’ai raccourci les manches de 2 cm.

Faire mes modifications m’ont pris du temps et m’ont un peu découragée. Ce projet m’a semblé durer une éternité ! Je suis par moment jalouse des filles qui disent “j’ai cousu le modèle intel, tout s’est bien déroulé et il me va comme un gant”. Ceci dit, j’aurais pu anticiper ces modifications parce que j’avais dû faire les mêmes pour ma blouse Idylle : la blouse et les manches étaient trop longues. Les patrons de la marque Atelier Scämmit sont en effet prévus pour une stature de 1,70 m et je mesure 1,65 m.

Mes impressions

La coupe est vraiment loose et convient bien à mon tissu. Cette viscose douce et fluide est très agréable à porter et je suis fan du motif ! Si le bas de ma chemise gondole, c’est par manque de repassage et je vais y remédier. J’aime beaucoup ma nouvelle chemise aux froufrous si féminins.

*

Patron : chemise ou robe Azur de l’Atelier Scämmit (15€ pochette, 9,50€ PDF)

Taille : 40 élargi en 42 aux hanches

Tissu : twill de viscose Mind the maker chez Rascol

Mercerie : boutons Atelier Brunette chez Rascol

Partager