Pantalon Septembre

Défi relevé, j’ai cousu mon premier pantalon !

L’été, je délaisse mes jeans pour porter des pantalons plus légers comme des chinos ou des pantalons cigarette en coton et j’ai eu envie de coudre mon propre pantalon.

Le patron

Pour coudre un tout premier pantalon, j’ai cherché un modèle dans ma patronthèque. Je ne souhaitais pas acheter un nouveau patron, au cas où j’abandonnais le projet en cours de route.

J’ai opté pour le pantalon Septembre du livre Ma garde-robe à coudre pour toute l’année de l’Atelier Charlotte Auzou, mon livre chouchou que j’ai beaucoup exploité (mes réalisations sont présentées ici).

Le pantalon Septembre est un pantalon cigarette longueur 7/8 avec une taille semi-haute et des poches italiennes devant.

j’ai vu plein de jolies versions du Pantalon Septembre sur Instagram, par exemple chez Alicia_made_it et Paulette_et_ses_cousettes ou bien Juliettecousette (j’ai sélectionné des filles du Nord ou de la Belgique pour faire local) et les avis disaient que la coupe était très belle. Cela m’a convaincue.

J’ai choisi une gabardine vert kaki clair chez Rascol peu coûteuse, composée d’un mélange de polyester et de viscose avec de l’élasthanne. Le zip est marron mais ne se voit pas.

J’ai fait une toile

J’ai cousu une toile pour valider la longueur du pantalon et la taille. Bien que le livre indique 2 m de tissu pour ce pantalon, 1,50 m suffit pour ma taille 42.

La taille :

Selon le tableau des tailles, il me fallait une taille 44. J’ai donc réalisé ma toile en 44 dans une cotonnade. A l’essayage, ça tombait nickel, juste un peu large à la taille. La taille 44 serait donc parfaite pour un pantalon en lainage ou dans un sergé non extensible.

Comme ma gabardine contient de l’élasthanne, j’ai préféré couper une taille en-dessous soit un 42 et ça reste confortable. A vous de voir si vous souhaitez un rendu loose ou ajusté.

Côté longueur :

Je n’ai pas eu besoin d’allonger le pantalon parce que j’ai des petites jambes (je raccourcis systématiquement les pantalons du commerce). J’obtiens donc 72 cm de longueur d’entrejambe dont 3 cm de marges pour l’ourlet (pour une stature de 1,65 m).

Mes modifications

  • J’ai supprimé les pinces devant.
  • J’ai élargi le bas des jambes de 1 cm devant et dos pour un bas un peu plus “droit”, moins “carotte”. J’ai pris les mesures de mes chinos préférés comme références. J’obtiens 19 cm + les marges.
  • J’ai ajouté une sous-patte de braguette et allongé la ceinture d’autant de centimètres.

La braguette

J’ai suivi les explications du livre et les étapes sont illustrées pas-à-pas.

La seule difficulté est le montage de la braguette. Ma toile m’a d’ailleurs été utilise pour comprendre le montage de la braguette.

Pour ajouter une sous-patte de braguette (non prévue dans le patron), je me suis inspiré des photos du tuto de Pauline Alice Comment coudre une braguette. Puis j’ai suivi les étapes d’assemblage. Ce n’est pas la méthode académique mais elle me convient très bien pour une première braguette.

J’ai oublié de thermocoller la braguette et la sous-braguette, oups.

J’ai cousu un bouton et une boutonnière pour fermer le pantalon (à la place des agrafes).

La ceinture et ses passants

J’ai été surprise que la ceinture soit en 4 parties : deux demi-devant et deux demi-dos. D’habitude, les ceintures des pantalons ou des jupes sont d’un seul tenant.

J’ai thermocollé une ceinture sur les deux et elle se tient bien.

J’ai posé 5 passants (au lieu des 7 passants demandés) comme je l’ai observé sur mes pantalons du commerce et je les ai cousu selon la technique de Blousette Rose ici.

Mes impressions

Je suis très heureuse d’avoir cousu un pantalon ! J’ai découvert des nouvelles techniques et la pose de la braguette me semble désormais moins mystérieuse. C’est un projet qui demande quand même beaucoup de travail, je ne sais pas si je renouvellerai l’expérience.

Les poches me semblent un peu grandes et imposantes. Par contre, j’aime bien la taille couvrante sous le nombril.

J’ai un doute sur le choix de mon tissu qui est finalement plutôt mou et brillant. Ce n’est pas vraiment à mon goût mais je n’ai pas osé acheté une belle gabardine en coton plus onéreuse. En tous cas, c’est un matière qui doit être top pour une veste confortable et chic.

Je coudrai peut-être un nouveau pantalon dans une gabardine en coton qui se tient bien et qui me plaira davantage.

 

***

Patron : pantalon septembre du livre Ma garde-robe à coudre pour toute l’année de l’Atelier Charlotte Auzou

Taille : 42

Tissu et mercerie : gabardine stretch viscose et polyester de Rascol

Sur le même thème

Laisser un commentaire