Comme une envie de robe d’été

La désagréable canicule nordiste du mois de juillet m’a donné envie de coudre des vêtements très légers. J’ai souhaité coudre une petite robe blanche estivale et féminine.

Toujours fan des patrons d’Anne Kerdilès (voir mes Cézembre et ma Syracuse), j’ai cette fois-ci jeté mon dévolu sur la robe Minorque dont j’aime le décolleté arrondi devant et dos, le lien à serrer autour de la taille et surtout les jolies bretelles froncées! J’ai vu de jolies Minorque sur le web : les versions des Bricoles d’Anne-Cé, de l’Atelier d’Aude, et de Sewperelise. Le patron est disponible en PDF ou dans une jolie pochette.

P1250578

Pour confectionner ma Minorque, j’ai choisi une double gaze blanche et un voile de coton blanc chez Rascol. Le patron comporte peu de pièces, alors ça va vite!

Coudre la double gaze

Comme c’est la première fois que je couds de la double gaze, j’ai cherché des conseils pour coudre ce tissu. Voici quelques infos que j’ai glanées en particulier sur le blog de la mercerie Caréfil :

67526abfb5bec7ceaf5023d4b4b92235

Pourquoi “double” gaze?

La double gaze est constituée de deux épaisseurs de gaze liées entre elles par des points invisibles à intervalles réguliers. La gaze est, quant à elle, un tissu lâche et très léger utilisé tout particulièrement en médecine pour des bandages ou des pansements. La double gaze est particulièrement utilisée pour confectionner des vêtements d’enfants. On apprécie tellement sa douceur et son aspect naturellement froissé qu’elle est devenue tendance cette année pour tous les vêtements de la garde-robe. 

Quelle aiguille?

Il faut utiliser une aiguille fine de taille 70 ou 60.

Quel point?

Il faut coudre des points droits de 2 mm en prenant soin de ne pas tirer sur l’étoffe. Comme la double gaze s’étire très facilement, il faut la manipuler le moins possible et donc choisir des modèles simples.

Mes modifications

  • J’ai déplacé les bretelles de 0,5 cm vers le milieu du vêtement devant et dos
  • J’ai raccourci les bretelles d’1,5 cm
  • J’ai allongé la robe de 5 cm pour obtenir une longueur genou (je mesure 1,65m)
  • J’ai doublé aussi la jupe car on sait que les tissus blancs sont transparents
  • J’ai renoncé au lien coulissant. N’étant pas à l’aise avec la double gaze, j’ai eu peur de gâcher ma robe

L’assemblage est simple, surtout quand on ne coud pas de coulisse. Il faut juste être attentif au moment de piquer le devant/dos avec la doublure en prenant la bretelle en sandwich. J’ai sous-piqué les encolures pour que la doublure reste bien en place.

P1250573

P1250596

P1250599

P1250589

P1250586

Coudre la double gaze m’a semblé délicat. Comme j’ai étiré un peu trop le tissu au moment de coudre mon ourlet, on voit qu’il gondole. Néanmoins, cette étoffe est tellement moelleuse et douce qu’elle me donne envie de coudre d’autres vêtements dans ce tissu.

La Minorque est une robe droite et je suis légèrement à l’étroit au niveau des hanches. N’hésitez pas à évaser le bas de la jupe pour obtenir une jolie forme trapèze. Néanmoins, ma petite robe blanche m’accompagnera à coup sûr cet été.

*

Patron : robe Minorque d’Anne Kerdilès (15€ pochette, 8,50€ PDF)

Taille : 40 élargi en 42 aux hanches

Tissus : double gaze de coton et voile de coton blanc chez Rascol

Partager