J’écris mon premier article depuis le début du confinement pour vous montrer une chemise Mélilot.

Je suis d’abord passée par une phase “sans envie de couture”, sûrement à cause de l’anxiété et des consignes qui se multipliaient les premiers jours du confinement. Puis, petit à petit, j’ai eu envie de lire, de reprendre mes séries là où je les avais arrêtées (“The Bold Type” et “Downton Abbey” sur Amazon Prime) et… j’ai eu envie de coudre !

Je n’avais que trois coupons en stock pour trois projets : deux chemises et une blouse. En effet, j’évite d’accumuler mais pour traverser le confinement, ça aurait été bien d’avoir du stock. Voici mon premier vêtement et il y aura donc deux autres vêtements prochainement.

Le patron

J’ai ressorti le patron Mélilot de Deer and Doe, une chemise loose et féminine aux épaules tombantes avec une ou deux poches plaquées à la poitrine.

J’ai cousu une première Mélilot au col mao à manches courtes en viscose kaki. Et bien, pour ma Mélilot à manches longues, ce sera à nouveau un twill de viscose kaki que j’ai shopé cette fois-ci chez Ma Petite Mercerie.

J’ai utilisé un entoilage tissé au rendu souple et léger de chez Rascol. Je n’ai entoilé qu’une pièce sur deux pour davantage de souplesse mais le col mériterait un double entoilage.

Pour l’assemblage, vous pouvez vous laisser guider par le Pas-à-pas Mélilot du blog By Sandra’s Hand.

Coudre un tissu fluide

J’adore les jolies viscoses mais je me prends toujours la tête pour coudre cette matière.

Pour découper mes pièces, je m’en sors à peu près : je dispose ma viscose sur une grande feuille de papier de soie afin de stabiliser le tissu et je découpe mon tissu en même temps que le papier.

Mais pour assembler les pièces ? Par exemple, pour coudre une poche plaquée correctement, aïe aïe aïe.

J’ai cherché de l’aide en regardant la vidéo de Hello Superette Coudre un tissu fluide. Et j’ai ENFIN acheté un spray d’amidon Fabulon. Je continue pour le moment de coudre sans cet outil magique. Mais je le testerai pour mes prochains projets en viscose.

J’ai relu quelques conseils pour éviter les gaffes. Par exemple Coudre des tissus fluides du blog Along avec Anna. J’ai décidé d’utiliser les épingles avec parcimonie. Quand c’est possible et pertinent, j’utilise mes pinces prodige, notamment pour maintenir les double ou triple épaisseurs.

Le mini-ourlet

Lors de ma première Mélilot, j’ai planté mon mini-ourlet alors que je suivais les explications du livret. Cette fois-ci, j’ai repris la technique de Charlotte Auzou expliquée dans le livre Ma garde-robe à coudre pour toute l’année. Je commence par piquer à 1 cm, je plie au fer, je recoupe 5 mm, puis je replie au fer. Mes mini-ourlets sont bien mieux réussis !

Les poignets

J’ai désobéi au patron et j’ai cousu des fentes indéchirables pour plusieurs raisons. J’ai plus l’habitude de coudre des fentes indéchirables que des pattes capucins et je trouve le rendu plus féminin. Pour les coudre, j’ai suivi les explications de la chemise “Septembre” de Charlotte Auzou déjà cousue ici et .

J’ai dû supprimer l’un des plis du bas de manche de Mélilot pour que le tour corresponde bien à la longueur du poignet. Cette modification a été nécessaire à cause de l’absence de patte capucin.

ma garde-robe a coudre pour toute l annee chemise septembre

Les finitions

La chemise est assemblée avec des coutures anglaises pour des finitions très propres. J’aplatis bien les coutures au fer avant de retourner l’ouvrage. Je fais beaucoup d’aller-retour entre l’atelier et la table à repasser mais ça en vaut la peine !

J’ai cousu moins de surpiqûres que ne le demande le livret d’explications. N’étant pas à l’aise avec la viscose, j’évite de multiplier les occasions de l’abîmer, oups.

Les boutonnières

Je me suis appliquée pour ne pas avoir d’accros tels que ceux de ma chemise Azur. J’avais fait un carnage lorsque j’avais ouvert mes boutonnières au découd-vite : des fils du tissu étaient tirés et ça a laissé des marques. Dorénavant, je dépose de la colle anti-effilochage sur mes boutonnières AVANT de les ouvrir.

Mes impressions

Ma Mélilot à manches longues est très agréable à porter. Le tissu est doux et le modèle est confortable. En prenant bien mon temps pour coudre ma chemise, j’ai un rendu au top !

*

Patron : chemise Mélilot version A (manches longues) de Deer and doe (14€ pochette, 11€ PDF)

Taille : 42 élargi en 44 aux hanches

Tissu : twill de viscose kaki chez Ma Petite Mercerie

Mercerie : boutons de la marque Atelier Brunette chez Rascol

Partager